Derniers Articles

Gelée matinale

Hier matin nous avons eu un joli -6°C au a eu raison de bon nombre de nos légumes. Après avoir tout perdu cet hiver ce sont de nouvelles récoltes qui s’envolent ou qui sont retardée. Il n’y aura donc pas de pomme de terre nouvelles le mois prochain tous les pieds ayant cramé. Ce sont aussi 80 pieds de tomates (rond et cerise), 300 pieds de haricots beurre, 30 poivrons et courgette qu’il faudra oublier. Ils étaient pourtant tous sous tunnel mais cela n’a pas suffit à les protéger.
 
J’ai déjà relancé une partie en semis hier mais il faudra maintenant attendre encore pour avoir ces bons légumes dans vos paniers, j’en suis désolé.
 
Je vous souhaite à tous un bon week-end.
Ps : attention pour les jardiniers une nouvelle vague de froid est prévue la semaine prochaine.
Publicités

Et si on créé un Jardin potager super productif?

Après une semaine et surtout le dernier week-end très chargé (126h de travail en 7 jours, vivement les 35h moi je dis) , la semaine a démarrée sur la même teinte, alors pour se changer les idées je vous propose de vous donner des cours de jardinage en permaculture, promis j’ai une super pêche et on ne s’endormira pas pendant mes cours.
Pourquoi prendre des cours de jardinage, plusieurs raisons, prendre du temps dehors (bon ok ça vous n’avez pas besoin de moi pour cela), pour découvrir par exemple comme un tout petit potager bien géré (et sans produit issue de la chimie) pourra vous apporter une quantité impressionnante de bons légumes.
Si vous avez comme projet de créer :
– Un potager familiale
– Un potager en carré
– Un potager médiéval
– Une zone naturelle dans votre jardin où y faire croître légumes, fruitiers, etc.
– Si vous souhaitez acquérir une certaine autonomie alimentaire,
Alors ces cours sont pour vous.
Avec les méthodes que je propose de vous enseigner on arrive très rapidement a produire entre 7 et 10 kg de légumes au m² (et plus si l’ont fait de la pomme de terre).
Pour plus d’informations contactez moi par email (vous le trouverez ci dessous dans l’affiche).
projet cours 2017
Je vous dis à bientôt et belles fêtes de pâques à tous.

Promenade du jour aux Jardins

Pour célébrer le printemps et profiter des beaux jours voici quelques photos des jardins.

Le travail avance vite, même si on a toujours l’impression d’être en retard sur le programme, on s’efforce de suivre le rythme que nous impose la nature. Deux nouveaux jardins ont vu le jour cette année, un troisième est actuellement occupé par des engrais vert avant d’accueillir tomates, poivrons aubergines et autres melons. La surface en culture au 1er janvier était de 215m², nous avons dépassé les 600m² et si tout va bien fin mai ce seront 1000m² en culture avec pas loin de 80 légumes différents.

Autre bonne nouvelle, la reprise des livraisons de paniers et la réouverture des inscriptions pour les nouveaux contrats. Je vous en dirais plus après ce gros week-end qui m’attends ou je tiendrais un stand au Festival « C’pour un Enfant  » au Chateau Latour Segur (à coté de St Emilion) (https://www.facebook.com/chateaulatoursegur).

Je vous dis donc a Lundi pour plus de nouveautés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fin de la première année, début du site et petit bilan.

Cela fait bien trop longtemps que je repousse cet article (j’en suis à la quatrième réécriture mais on va y arriver).

Voila maintenant un an que je me suis lancé en Maraîchage et je dois avouer que l’année passée n’a pas été simple, mais pleine de surprises.Je savais que créer une micro-ferme en polycultures ne serait pas simple, j’ai appris énormément que ce soit sur mon sol (argilo calcaire avec plus de 30% d’argile), sur les différents ravageurs sévissant chez nous (limaces, piérides, mineuses, rats, mulots et rats_taupe), l’irrigation et les différentes rotations de cultures. C’est donc sur une surface en culture seulement de 215m² que cette première année a eu lieu.

P1060616 La terre très ou trop lourde a rendu le motoculteur obsolète, et donc inutile sur notre terrain, depuis ce constat je travail sans aucune mécanisation (la grelinette, croc et râteaux sont mes outils les plus lourds). La terre étant si difficile a travailler pour ce début qu’en moyenne j’en avais pour 12h de travail afin de rendre 7,5m² (dimension standardisée de mes planches 10m x 75cm ) cultivables. La zone la plus compliquée fut sans conteste la serre, une semelle de laboure est présente passée les 10 premiers centimètres.

Après un printemps très pluvieux (plus de 700mm de pluie en 6mois ) puis une « jolie » grêle fin Mai qui aura eu raison de bon nombre de mes plants (et de la bâche neuve de la serre). Les poules n’ont pas trop appréciées ces amas d’eaux, prés de 5 mois les pattes dans l’eau, il a fallut trouver des solutions pour leur simplifier la vie.

Mais comme l’on dit souvent après la pluie le beau temps, pour le plus grand plaisir de nos galinettes, des abeilles et du maraîcher. L’avantage de la pluie c’est la pousse de l’herbe et de nos légumes. Pendant ces mois de pluie les jeunes plants ont bien profité (entre deux attaques de rats) ainsi que les différentes cultures dans la serre.

Mais contrairement a ce que le printemps nous a laissé entrevoir, l’été c’est montré long et chaud et nous a offert une eu une belle sécheresse (entre le 17 juin et le 15 septembre : 15mm de pluie).

Partout où la terre n’était pas paillée ces crevasses étaient visibles, les plus grandes faisaient plus de 40cm de profondeur. Ce sont les poules qui se sont moins amusées avec une terre aussi difficile et une absence d’herbes (heureusement que j’ai eu beaucoup de planches à désherber).

Coté jardins je dois avouer que cette terre m’a fait passé de mauvaises nuit (difficulté à travailler car très compacte, pauvre en matière organique), mais le challenge n’en est que plus grand pour réussir de beaux légumes. Heureusement la joie des clients est au rendez-vous à chaque livraison et c’est le carburant dont j’ai besoin pour avancer et me dépasser chaque jour.

Coté rendement je compte n’y sera pas (1.55T) mais c’est une première année et j’ai appris énormément de chose (expérience souvent tirée de mes erreurs mais c’est ainsi qu’on avance) et j’ai déjà rectifié le tir sur de nombreux points pour avoir une meilleure récolte hivernale et ainsi bien débuter 2017.

L’automne aura été ma meilleur période, que ce soit coté récoltes que ventes. Mais je constate maintenant que malgré le travail que l’on peut faire pour préparer le printemps il faut être irréprochable techniquement (bonnes variétés à sélectionner, équipement adéquat à la saison) pour parer aux assauts de l’hiver.

Malheureusement ce n’était pas mon cas, malgré les mesures prises en vue du froid hivernal. Durant les deux derniers mois de l’année 2016 j’ai travaillé comme un acharné pour avoir un grand panel de légumes à proposer dans mes paniers de Février, j’avais porté une grande attention aux semis de fin d’année (Carottes, poireaux, ailet, salades, radis rave (Daïkon), radis, betteraves, choux, kale, fenouils épinards, mâche, roquette,…), la levée était belle et prometteuse avant les fêtes de fin d’année.

Pour noël en suivant les conseils de ma femme j’ai confectionné des coffrets avec différents miels qui sont partis comme des petits pains. Il faudra que j’en propose de nouveau et sous d’autres formes les années à venir car les clients étaient vraiment au rendez-vous et déçus par ma rapide pénurie.

 

Mais une fois les fêtes de la nouvelle année passées l’hiver est arrivé et a décidé que mon travail n’était pas conforme à ses attentes. Malgré les protections mises en places (P17 et P30 (voiles d’hivernage) sur mes cultures) et les colonnes de fumiers soit pour faire un une protection contre les vents de nord, soit pour obstruer les ouvertures de la serre, le froid a fait son oeuvre et j’ai pour ainsi dire tout perdu en une nuit ou presque.

Devant reprendre les livraison et de nouveaux contrats pour la première semaine de février, je suis toujours en train de les repousser en espérant avoir assez de production pour débuter avril et rattraper ces deux mois de perte. Cette situation à quand même du bon car j’ai ainsi pu apprendre à mes stagiaires quelles erreurs en pas faire pour leur premières années d’installation, comment rattraper le retard pris et gagner du temps sur la saison.

J’ai ainsi confirmé ma technique de semis sur couches chaudes, j’ai testé d’autres mélanges pour ma couche chaude (fumier + broyat frais ou feuilles morte + fumier + broyat), mais le fumier de cheval frais reste néanmoins le mieux lorsqu’on a des températures inférieures à -10°C car il démarre très vite et monte à 70°C en 3 jours. J’ai réussi à maintenir ma serre à semis a 2,5°C hors châssis alors-que nous avons eu -11°C sous abris.

Donc au final pour cette première année de production sans aucun produit de synthèse, j’ai vendu 1,55T de légumes récoltés sur 215m². Le C.A est proche de mon objectif (manque que 10% pour atteindre mon objectif initial).

Après j’ai fait aussi de nombreuses rencontre dont une qui m’a ouvert les yeux sur de nombreux points (comme ne pas perdre à l ‘esprit qu’il faut déjà répondre aux attentes des consommateurs avant de proposer de nouveaux légumes, et qu’il ne faut pas hésiter à retirer une culture qui démarre mal pour la relancer de suite sur une autre planche plus loin, ainsi on sécurise une production).

Je débute donc cette année pas dans les meilleurs conditions mais avec de nombreux projets dans la tête, de grands objectifs pour cette année 2017, comme le lancement de cours de jardinage en permaculture et agroécologie (un petit article va suivre ce week-end à ce sujet), de nombreux nouveaux clients, un point de distribution sur Bordeaux, Chez BOBI ou sur la plateforme des LOCAVOR à Arveyres.

Je vous retrouve donc bientôt pour des nouvelles plus fraîches.

Nathanaël

 

 

Les Jardins ouvrent leurs portes

Ce Samedi pour la première vous nous ouvrons nos portes au public.

Une visite guidée sera organisée entre 9h30 et 11h30 suivie d’un petit pot à partager ensemble. Durant la visite je vous expliquerai ma méthode de travail, de commercialisation et les différents projets à venir seront détaillés.

Je vous dis donc à Samedi.